TRINACRIA

Comme je voue une passion à la Sicile,  j’avais envie de vous parler de son symbole qui est pour moi  historique et symbolique autant que fétichiste…

La mienne, ramenée de Sicile et que j’ai peinte en rouge , ma couleur préférée…

trinicria rouge

Un peu d’histoire :  Trinacria ou Trinakria (Trinacrie en Français) :
est un mot grec qui signifie  » trois pointe  »
Trinacria est l’ancien nom de la Sicile donné par les Grecs au IIIe siècle av. J.-C. en raison de sa forme triangulaire avec ses trois caps (l’actuels Peloro, Passero et Lilibero).
La mosaïque présentée fut trouvée dans les ruines de la ville de Tindari, sur le côté nord de la Sicile (ville fondée par Dionysos premier vers 396 av. J.-C.) ; sur cette mosaïque figure la trinacria, elle est composé d’une tête de femme, c’est la
Méduse, une des trois sœurs Gorgones ; ces cheveux sont remplacés par des serpents et par son regarde elle pétrifie tout être vivant. De la tête de la Méduse de la trinacria sortent trois membres inférieurs de forme humaine, leur position en mi-flexion donne l’impression de mouvement. On peut observer aussi que du pôle inférieur de la tête de la Méduse se dégagent trois épis de blé.

La Trinacria devint le symbole de la Sicile, la Méduse avec ses armes redoutables est la protectrice de l’île de ses ennemis ; les trois extrémités humaines représentent l’île avec ses trois pointes géographiques et enfin, les épis de blé font allusion à la présence d’importante activité agricole sur l’île depuis l’Antiquité et en particulier, la culture de blé, car les Grecs et surtout les Romains déboisèrent une grande partie de la Sicile pour la transformer en champs de blé.

La Trinacria est aussi au centre du drapeau actuel de la Sicile. L’arrière-plan de ce drapeau est composé de deux couleurs à séparation diagonale, la couleur jaune représente Palerme, la capitale de l’île, puis la couleur rouge représente la ville de Corléone ; successivement, dans ses deux villes, débuta la révolte sanglante des Vêpres Siciliennes contre les Français en 1282.

 

Le triskell (triskel, triskèle, triscèle et triquètre) :  » un mot d’origine Grec signifiant (trois jambes) « , il est aussi le nom d’un motif décoratif et d’un symbole commun chez les peuples d’origine Celte (en Bretagne, aux Pays de Galles, en Écosse, en Irlande, à l’Île de Mann, en Cornouailles).

Il existe la forme simplifiée : la tête de la Méduse ailée est entourée par deux ou quatre serpents, bien sûr les trois jambes humaines sont constamment présentes, mais aucun accessoire végétal est figuré.

  • Les Formes à décoration végétale : la même représentation précédente mais avec un accessoire surajouté de type végétal et qui peut être :
    • soit des épis de blé ;
    • soit des agrumes (citrons et oranges) : il s’agit d’une culture très répandue actuellement en Sicile, elle fut introduite dans l’île par les Arabes (comme aussi d’autres cultures : coton, carrube…).
      Historiquement la Sicile fut restée sous la domination arabe durant environ 250 ans (de 827 à 1091).
    • soit des figues de barbarie : là aussi, il s’agit d’une plante très répandue sur l’île, les Siciliens consomment ses fruits épluchés et sans préparation particulière, mais il existe aussi en Sicile quelques recettes culinaires utilisant les figues de barbarie comme une composante principale sans oublier la confiture de la figue de barbarie.
    • dans certaines représentations particulières, les serpents sont remplacés par des grappes de raisin, là encore, la culture de vignes et la viniculture font partie des activités agricoles et commerciales principales de la Sicile.

    trinacria 4trinacria 5trinacria 6trinacria 7trinacria 9trinacria 13trinacria 14Trinacria-triskell-de-Siciletrinacria-300x300

  • Une représentation inclassable, où il ne reste de la Trinacria que les trois jambes et celle- ci faite de corps entrelacés…